samedi 1 août 2015

Le retour - Georges-François Hacherez #55


Date de sortie : 30/05/14
Editions : Editions Baudelaire
232 pages



Résumé :


De retour sur terre après 42 ans dans l'espace, Alex Gabet s'attend à une arrivée triomphale. Dans un Paris reconstruit, le cosmonaute découvre une population dont les facultés mentales ont littéralement disparu. Il se retrouve malgré lui incorporé dans cette nouvelle société et est désigné professeur de biologie cybernétique. Peu à peu, Alex Gabet comprend que ses étudiants n’ont plus rien d’humain, ce ne sont que des hommes et des femmes fabriqués artificiellement, avec de nombreuses anomalies. L’ancien astronaute se lance dans une périlleuse quête de vérité qui le mène à la rencontre d’une civilisation souterraine. Les derniers humains se terrent dans les égouts et le réseau de métro en ruine. Au sein de cette communauté clandestine, la résistance contre les humanoïdes de la surface s’organise.


La note et l'avis d'Audrey :




Alex Gabet a été sélectionné à l’âge de dix ans pour réaliser la mission Europa qui consiste à aller sur Saturne, la planète la plus éloignée du soleil, mettre le vaisseau en orbite et tenter un saturnage. Choisi parmi plus de trois milles enfants ayant un coefficient intellectuel de dix pour cent supérieur à celui des enfants de son âge. 

Alex revient sur Terre à l’âge de cinquante trois ans, après quarante trois ans passé dans l’espace. Avant son départ il avait subi une petite opération chirurgicale comme les autres membres de la mission : deux valves greffées, l’une sur la veine carotide, l’autre au poignet, leurs permettant de se nourrir de doses de vitamines et de divers sels minéraux via une seringue. Seulement, l’absence d’aliments a déclenché diverses mutations génétiques, ce qui a causé la perte de 43 des hommes et femmes de l’équipage. Un seul survivant : Alex.

Lorsque Alex atterrit sur la Terre, il ne découvre qu’un immense désert, pas la moindre trace d’eau et nul être Humain. Son unique rencontre, un robot VBF, Charlie, de type génération 3, un robot charognard chargé de ramasser le métal, attiré par son vaisseau.  Alex découvre alors que seulement les « Excellences », c’est à dire les créateurs de ce nouveau monde, vivent sur la Terre, et ont ainsi chassés les Hommes considérés comme des animaux primaires. Ils vivent maintenant dans les sous terrains et les égouts de la Terre…


Extrait :

Le peu qu’Alex aperçu l’inquiétait, surtout la dominance des robots. Depuis quarante-huit heures, il n’avait vu aucun être humain. L’industrie était entièrement entre les mains d’automates. Des robots commandaient à d’autres robots.
Des avenues tubulaires à grande vitesse parcouraient  les agglomérations en tous sens. Elles étaient soit aériennes, soit souterraines et permettaient d’aller d’un point à un autre en quelques secondes. Elles débouchaient ensuite sur des artères ordinaires. C’était le seul changement notoire qu’aurait pu constater Alex, comparé à ce qu’avait été l’urbanisme avant son départ dans l’espace.
Les trains, les automobiles avaient changé d’aspect. Le pétrole devenu rare, le moteur électrique remplaçait le moteur à explosion. Les stations-services avaient fait place à des hangars de recharge. Un coup de courant électrique à haute tension regonflait immédiatement les batteries des véhicules. Les gens aisés, la police, les forces d’interventions et de secours se déplaçaient dans de nouveaux véhicules volants fonctionnant à la capsule nucléaire. Le coût du nouveau carburant interdisait aux pauvres l’achat de tels engins.
Monsieur « Tout le monde » habitait dans un immeuble délabré des années 1920, fait de ciment et de briques. Madame « Tout le monde » s’occupait de ses enfants, qui allaient à l’école. Les pavés de mai 1968 avaient été remis en place en commémoration d’un événement dont on ne se souvenait plus.
Alex aborda la Grande Ville sans trop d’inquiétude. Seul le passage du désert à la ville avait été bizarre, ici le sable, la solitude et l’obscurité, un mètre plus loin la lumière artificielle, des maisons, des rues grouillant de monde, sans aucune progression entre les deux. Dans l’éclat des projecteurs de l’éclairage public, Alex aborda un homme, le premier depuis bien longtemps. Son dernier compagnon de voyage était mort depuis cinq, peut-être six ans. Il ne s’en souvenait pas très bien.
-Bonjour, dit-il simplement en tendant la main, je suis Alex Gabet, le cosmonaute qui vient d’arriver, comme si tout le monde le connaissait. 
L’autre lui prit la main chaleureusement, lui sourit, et partit. Il répéta le geste et les paroles à une dame qui lui en fît autant. Il allait se présenter aux autorités, cela serait plus simple.

*****

Ce livre m’a beaucoup plus, j’ai aimé suivre le retour d’Alex Gabet sur une Terre totalement métamorphosée, les descriptions de l’auteur sont exceptionnelles, ce qui m’a permis de rentrer complètement dans l’histoire. 
J’ai trouvé l’histoire très intéressante, vraiment bien construite et avec une fin surprenante ! Un bon roman de science-fiction écrit avec beaucoup de talent que je vous recommande !

Un grand merci à Florent des Editions Baudelaire pour ce SP !!


Dates de lecture : Du 17/07/15 au 22/07/15

Acheter sur EditionsBaudelaire.fr
Plus d'avis sur Babelio
Suivre l'éditeur sur Facebook / Twitter

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Amazon.fr